Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Hameaux

Uunardor, Iddaaimmii, voici deux noms qui claquent comme une promesse de partie de campagne. Deux hameaux à un jet de traîneau d’Ittoqqortoormiit, pas si abandonnés qu’on aurait pu le craindre. Allons prendre l’air !

hameaux#1.jpg
Iddaaimmii

Cagoules, parkas fourrées, bottes de sept lieux, il faut être sérieusement camouflés pour les parties de campagnes hivernales. Les 13 chiens d’Aqqalu nous emmènent à vive allure, Pascal et moi, cap à l’Ouest sur la banquise vers Iddaaimmii. Deux heures plus tard, les joues bien rouges et le cœur en fête, nous arrivons en ce haut lieu de chasse. Surprise, le hameau est toujours vivant !

hameaux#2.jpg

Une petite plongée dans l’histoire bien étonnante de cette communauté s’impose, d’autant que nous y retrouverons notre célèbre Commandant Charcot.

Si les danois ont mis pied au Groenland il y a plus de 300 ans, il a fallu attendre 1895 pour qu’ils rencontrent enfin les groenlandais au sud de la côte Est, à Ammassalik. Au début du XXe siècle commence une incroyable épopée. Ceux qu’on appelle alors les esquimaux se sédentarisent autour d’Ammassalik, les ressources halieutiques se font plus rares. Or il se trouve que dans le même temps les danois commencent à craindre les appétits norvégiens sur ce territoire.

hameaux#8.jpg
le héros "Mikki" veille sur sa ville

Décision est prise. En 1925, le danois Ejnar Mikkelsen qui a reconnu la côte à plusieurs reprises, organise le transfert de 90 groenlandais volontaires pour fonder la « Colonie du Scoresby ». La plupart sont originaires d’Ammassalik, les autres viennent de la côte Ouest.

scoresby-sund,polynies,cap tobin,cap hope
1925, Le Pourquoi-Pas? et le Gustav Holm au mouillage devant la grande maison

C’est à ce point de l’histoire que Charcot entre en scène. A bord de son cher trois-mats le Pourquoi-Pas ? Il prête main forte à Ejnar Mikkelsen pour fonder la colonie. Dans les années qui suivront, le Pourquoi-Pas ? pointera son étrave dans le fjord à sept reprises, sur cette côte reconnue 100 ans plus tôt par un autre français oublié de l’histoire : Jules Poret de Blosseville.

Et voilà pourquoi dans ce coin si isolé et si loin de notre culture, on respire un petit peu de parfum français.

hameaux#6.jpg
Uunardor gardien de l'entrée du Fjord surplombe la giboyeuse polynie

Mais revenons-en à nos hameaux. Entre tempêtes et coups de torchon, une belle éclaircie me donne une furieuse envie d’aller vers le Sud, à l’entrée du fjord. Belle aubaine, Ruth lumineuse jeune allemande et femme de chasseur, décide de dégourdir son petit attelage. Allez hop, nous allons, comme beaucoup d’autres traîneaux ce jour là, voir si l’ourse et ses deux jeunes sont toujours près du cap. Je manque me noyer dans la neige profonde en sautant du traîneau, mais quel lieu extraordinaire. Les ours sont bien là, ultime récompense. Les premiers colons ne pouvaient choisir de meilleur endroit pour s’y établir.

hameaux#5.jpg

Lorsque Mikkelsen fonde la Colonie, une grande maison est construite pour le gouverneur, flanquée d’un magasin, école et bientôt d’une église, ce qui donnera le toponyme groenlandais Ittoqqortoormiit « Ceux qui habitent là où il y a une grande maison ». Pour permettre aux familles d’étendre leur territoire de chasse sur les rives de ce fjord si giboyeux, on installe trois hameaux à proximité : Kap Steward, Kap Hope et Kap Tobin.

hameaux#4.jpg

Préférons les jolis toponymes groenlandais (de l’Est) bien plus évocateurs ! Kap Tobin se nomme Uunardor car on y trouve des sources d’eau chaude à 60°, Kap Hope est Iddaaimmii, les petites maisons, Kap Steward est Iddorngitser, la petite pente.

On pourrait écrire un roman de l’histoire de ces lieux. La Petite Pente est abandonné dès 1931. Après avoir abrité la station météorologique et télécommunications, Uunardor est finalement fermée en 1990. Le dernier hameau à être évacué sera Iddaaimmii, en 2006. C’était hier !

hameaux#7.jpg
Uunardor

Mais nombreuses sont les familles qui maintiennent soigneusement leurs maisons en état à Iddaaimmii et Uunardor, villégiatures de week-end et de fabuleuses parties de chasse. Pour mon plus grand bonheur !

Commentaires

  • Selon ce que tu nous dis de la vie trépidante à Ittoqqortoormiit, on comprend bien que les habitants éprouvent le besoin de fuir la foule de temps en temps en allant se ressourcer à Iddaaimmii et Uunardor !

Écrire un commentaire

Optionnel