Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vu de ma fenêtre #23 La saga du sac noir

Ami lecteur, si vous vous apprêtiez à passer à table, mieux vaut peut-être repousser votre lecture à plus tard.

mercredi 4 avril 2018

lever du soleil : 6h15

coucher du soleil : 20h49

température - 14°C

ciel clair et ensoleillé

vufenetre#23-1.jpg

Car je vais vous conter l’histoire étonnante mais fort peu appétissante du sac noir.

Il gît là sur la neige accueillante devant chaque maison, ce sac noir, dodu, vernissé comme une peau de phoque. Il attend sagement la tournée du service « d’entretien de nuit », comme tous les mercredi, vendredi et lundi.

vufenetre#23-2.jpg

Ils arrivent, combinaisons orange, gants bien remontés, chevaliers chevauchant les deux motoneiges du service. Derrière leur monture, l’inévitable traîneau de bois qui porte trois bidons bleus. Et hop, le sac est promptement enlevé, ouvert, vidé dans le bidon bleu, et déposé dans la caisse. La motoneige repart vers la prochaine maison.

Mais que donc contient-il, ce sac noir ? Tout simplement, tout ce que le corps humain produit naturellement.

vufenetre#23-3.jpg

Ceci n’est pas un plagiat de Marcel Duchamp. Pour autant, c’est une rareté. Ma chère guest- house est bien la seule maison du village a être ainsi équipée de toilettes à chasse d’eau. Toutes les autres maisons utilisent des sièges de toilettes, fort confortables, ventilés, munis du précieux sac noir. Lequel sac noir sera délicatement déposé devant la maison, trois jours par semaine. Efficace !

Pour être tout à fait honnête, je me dois de dire que l’école, le bâtiment de la commune, la maison des aînés, et d’autres maisons du service public sont maintenant dotées de ces pimpantes toilettes à chasse d’eau, depuis la visite en novembre dernier du Plombier Islandais. La guest-house a donc perdu son remarquable privilège.

vufenetre#23-4.jpg
l'installation des réservoirs, novembre 2017

Depuis lors, des conteneurs bleus jouxtent les bâtiments publics. Dans chaque conteneur, le réservoir et un système de pompage. Petit bâtiment, petit réservoir de 2,5t. Grand bâtiment, grand réservoir de 4t. Ce n’est autre que Augu, le grand maître des dragons jaunes, qui a charge de vider les réservoirs une fois par mois.

vufenetre#23-5.jpg

Mais revenons à notre sac noir. Deux des sept hommes des services techniques, dûment vaccinés, sont affectés au service « d’entretien de nuit », terme choisi pour désigner cette besogne. La motoneige termine sa tournée, traverse la rivière et monte vers la colline jusqu’à la station météo. Il ne reste plus qu’à descendre le vallon pour arriver à la déchetterie. Les bidons bleus sont vidés, tout comme le contenu des réservoirs, les sacs seront brûlés dans le mini-incinérateur. La pente douce se termine dans la belle baie Amdrup. Les forts courants et les fonds marins profonds se chargeront  du nettoyage, efficacement d’après les analyses.

C’est là que le sac noir finira sa vie, comme d’autres sacs noirs avant lui.

Écrire un commentaire

Optionnel