Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Station #2

Le ballon sonde du soir envolé dans le bleu nuit du clair de lune, je reviens vers le bâtiment principal de la Station Télé et météo. Il fait frisquet. L’ami Erik Sanimuinaq, l’homme des mesures météo, m’offre fort à propos un café groenlandais. C’est l’heure des belles histoires. Celle du lien improbable mais scientifique entre Ittoqqortoormiit et notre douce France.

J’écoute Tore Andreasen maître des lieux et mémoire intarissable de « sa » Station où il œuvre depuis des décennies. « Il y a toujours eu ici un intérêt particulier des français. La mission polaire de 1932, Charcot, Paul Émile Victor, et plus récemment Joëlle Robert-Lamblin, ont laissé des souvenirs dans la communauté. »

station-13.jpg

Je reste bien sceptique. Il y a bien ce mémorial au cœur du village à la gloire du commandant Charcot et du Pourquoi Pas? Mais bien peu d’Ittoqqortoormiut en connaissent la signification. Je suis bien fière d’avoir traduit la stèle et d’en avoir expliqué l’historique, pour la commune et l’école.

Je sens votre curiosité piquée au vif. Qu’est-ce donc que cette mission polaire française de 1932, vous demandez-vous. En voici l’histoire.

station-16.jpg

A l’occasion de la seconde Année Polaire Internationale, la France envoie une une équipe de scientifiques, officiers et civils au Scoresby Sund pour y conduire des travaux de recherche qui vont porter essentiellement sur des travaux de géophysique. En Août 1932, le Pourquoi Pas? Du Commandant Charcot et le Pollux débarquent les 15 membres de l'équipe qui vont passer une année complète dans cette petite communauté tout juste naissante. L’amitié entre le "gentleman des pôles" français et Ejnar Mikkelsen, fondateur de la « colonie du Scoresby », facilite bien la mission.

station-8.jpg

Le premier hôpital, construit sur la plateforme de Ker Doumer

Ils construisent une station scientifique météorologique à mi-hauteur à l'est du village juste en contrebas de la Station d’aujourd’hui. Ils nomment la maison Ker Doumer en hommage au président de la république de l'époque. Une autre station est installée plus haut au bord d'un glacier, baptisée Ker Virginie en l'honneur de Virginie Hériot mécène de la mission. Je vais souvent rôder du côté de Ker Doumer, la vue y est fabuleuse. Le bâtiment, reconstruit, fut le premier hôpital de la communauté.

station-9.jpg

Je sors ma précieuse clé USB du fond de ma poche, et visionne un film d’archive de la mission polaire française avec Tore, qui n’en croit pas ses yeux : même ballon, même lancement quotidien, même station météo.

station-10.jpg

Un héritage franco-breton à Ittoqqortoormiit. Pas étonnant que je m’y sente si bien. Et puis, il y a cette merveilleuse romance entre le médecin français et la grand-tante de mon amie Therecie.

Vous la conterais-je un jour ?

station-2.jpg

Warmful thanks to Tore Andreasen, Erik Sanimuinaq Pedersen and the team of the station for so many discussions, exchanges, and coffee shared at the Station.

Pour aller plus loin sur la Mission Polaire française 1932-1933 : la littérature est abondante, mais commencez donc par l’excellent film d’archive dont sont tirées les photos de cette chronique : Service cinématographique des armées ECPAD, Mission polaire. Il est disponible en ligne et gratuit, chic !

Je vous recommande la lecture, toujours délicieuse, du rapport du Commandant JB Charcot, publié dans le bulletin de l’association des géographes français, N°66, février 1933, ainsi que ses rapports détaillés à l’académie des sciences des missions du Pourquoi Pas ? de 1931 à 1933.

Puis pour aller encore un peu plus loin :

les rapports de Charles Maurain sur l’organisation générale et les travaux scientifiques de l’année polaire 1932-1933, publié à l’annuaire du bureau des longitudes, 1935,

les "considérations d’anthropologie physiologique sur les Esquimaux" publié par MP Tchernia,

le rapport du médecin de première classe Le Méhauté : "Un hivernage au Groenland avec la mission française de l’année polaire", publié aux archives de médecine navale, tome 125.

Le tout est disponible en ligne ou consultable aux bibliothèques du musée de la Marine et du Quai Branly.

Deux petits livres fort sympathiques relatent également cette mission :

Pierre Dubard : Derrière la Banquise, Voyage du Pollux au Scoresby Sund

Docteur jean-Louis Faure, Au Groenland avec Charcot, mission du Pourquoi Pas? au Scoresby.

Commentaires

  • Bravo pour cet article qui me ramène à mes recherches et ma passion qui m'ont amené à trouver un film 16mm réalisé par l'enseigne de vaisseau Auzanneau et produit par Gaumont-Franco Film-Aubert, sorti en salle le 04/01/35.
    Sa version numérique existe http://archives.ecpad.fr/mission-polaire/
    J'ai aussi trouvé des articles de presse du Miroir du Monde et de Ouest de France de 1933 traitant de cette expédition.

  • Merci pour votre commentaire éclairé, Benoît. Sympathique de savoir que nous oeuvrons sur les mêmes traces ! Comme vous l'avez certainement lu dans le second volet de cette chronique, les images d'archives sont issues du film que vous citez, et les références du film sont à la fin de la chronique. Je décris également ce moment très émouvant où j'ai visionné ce film avec Tore Andreasen qui dirige actuellement cette station à Ittoqqortoormiit. J'ai eu l'occasion de montrer ce film à plusieurs des habitants et j'en ai même traduit la totalité des commentaires afin que tous les habitants puissent le comprendre. Puisque vos recherches vous ont amenées sur ces mêmes pistes, vous pouvez regarder en fin de chronique les références des livres et rapports qui ont été publiés par Charcot et les membres de la mission. Si vous avez du mal à les trouver ou si vous ne pouvez pas facilement aller aux bibliothèques de Branly , du Museum ou du musée de la Marine, dites le moi et je vous enverrai les liens.

Écrire un commentaire

Optionnel